Aux limites du reel

Ce site est dédié à toutes les personnes cherchant à comprendre l'incompréhensible …

Le château hanté de Blandy-les-Tours

Au cœur de la commune de Blandy-les-Tours en Seine et Marne, demeure un château médiéval édifié au XVème siècle.

Cependant, sa réputation ne serait pas due à son histoire féodale, mais à ses spectaculaires scènes de hantise, au point d’être surnommé le château le plus hanté de France.

Des fantômes volants

chateau2Portes qui claquent, ombres mystérieuses ou voix qui résonnent dans les couloirs, sont certainement les événements qui reviennent le plus souvent quand on parle de lieu hanté, mais le château de Blandy sort de loin des traditionnelles histoires de fantômes.

Si la légende est vraie, le fantôme des anciens seigneurs de Blandy voleraient autour des murailles du château chaque jour de la Toussaint vers minuit, pour s’arrêter sur le donjon protégeant l’entrée.

Les châtelains, seuls témoins des événements, furent à mainte fois prit de terreur en entendant des bruits de chaînes traînant le long du sol ou des cris perçants et effrayants.

Ces cris abominables semblaient provenir du fond des souterrains du château, bien qu’aucune âme ni même le personnel du château n’y pénètre jamais.

Un autre fantôme apparaîtrait régulièrement au sein du château, qui ne serait nul autre que son seigneur le plus célèbre.

Le Comte de Dunois

Le Comte Dunois fut sans doute le seigneur le plus populaire des seigneurs du château de Blandy, il fut par la même occasion l’un des capitaines français de la guerre des Cents Ans mapset le compagnon d’armes de « Jeanne d’Arc ».

Epoux de la Comtesse Marie d’Harcourt qui vécut à Blandy au XVème siècle, il fut au centre d’une légende, dans laquelle il aurait livré un tournoi acharné en l’honneur de cette dernière.

Le chevalier Erard de Montargis, fou de jalousie après avoir essuyé une cuisante défaite face à son plus grand rival le Comte de Dunois, décida d’assiéger le château de Blandy, afin de s’emparer de Marie d’Harcourt, la femme qu’il convoitait.

Préférant mourir plutôt que de tomber dans les mains de son ravisseur, Marie d’Harcourt se jeta du haut de « la tour carrée », au même moment le Comte de Dunois arriva sur le lieu et terrassa Erard.

Le geste de la jeune femme aurait pu être fatal, mais miraculeusement sa chute fut amortie par un épais tapis d’herbes.

Ce passage héroïque rejoint étrangement la scène de hantise se déroulant chaque jour de la Toussaint.

Une légende raconte que le fantôme du Comte de Dunois, viendrait se poster sur son cheval devant la porte du château de Blandy, armé et équipé de son armure accompagné de ses écuyers.

Le son des clairons, le vacarme des pas des chevaux et les encouragements de la foule, résonnent si fort qu’ils peuvent être entendu tout autour du château.

La caverne aux esprits

Une dernière légende, beaucoup plus fantaisiste, alimente la réputation du château, celle de la caverne aux esprits.

L’entrée de ce lieu mythique, se trouverait près de la plus grosse tour du château et serait si grande qu’elle ressortirait près d’une montagne proche.

Si la tradition est vraie, cet endroit serait le repaire de toutes sortes de créatures, sorcière, trolls, gnomes, esprits maléfiques et ogres dévoreurs d’enfants.

De toutes les histoires de châteaux hantés, aucune d’entre elles n’arrivent à la cheville de celui de Blandy, méritant largement son surnom de château le plus hanté de France.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le avril 15, 2016 par dans Surnaturel, et est taguée , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :